production 

elle disait
© 2008 g y

elle était toujours la plus belle même parmi les innocentes
mais elle n'était pas comme celles qui le savent et qui s'en contentent

et aussitôt qu’on l’approchait on se sentait heureux soudain
car c’était son cœur qu’elle offrait en retour elle n’attendait rien

elle prodiguait patiemment des sentences parégoriques
ou de simples mots lénifiants des vulnéraires et des cantiques

elle disait ne me donnez pas ce que je ne pourrai pas vous rendre
mais donnez-moi ces fleurs nouvelles qui reviennent avec le printemps
et ces nuages d’hirondelles traînés par le vent


elle balayait d’un geste sûr de sombres craintes rudérales
qu’elle cueillait au creux des murs lépreux des franges capitales

elle devinait l’avenir parmi les formes des nuées
sans le vouloir elle pouvait lire au fond des yeux des nouveaux-nés

elle portait sur sa peau blanche une pierre de lune pleine
elle parlait souvent en dimanche les autres jours de la semaine

elle disait ne me dites rien de ce que je ne pourrai pas comprendre
mais donnez-moi ces fleurs nouvelles qui reviennent avec le printemps
et ces nuages d’hirondelles traînés par le vent


pour voir de plus près un parent un vieil ami de connaissance
qu’elle ne veut pas laisser le temps enlever à sa vigilance

elle se déplace quelquefois et on l’accueille où qu’elle aille
alors elle fait comme il se doit sa tournée de retrouvailles

quand elle revient rassurée de son lumineux rituel
plus rayonnante et apaisée elle est alors encore plus belle

[elle était tout contre moi mais je tendais l’oreille pour l’entendre]

elle disait ne me donnez pas ce que vous pourriez bien me reprendre
mais donnez-moi ces fleurs nouvelles qui reviennent avec le printemps
et ces nuages d’hirondelles traînés par le vent

 
g y, chant, guitare, autoharpe, chœurs
gilles chabenat, vielle à roue
yannick hardouin, basse
nicolaïvan mingot, guitare électrique
yannick cluseau, percussions
sylvie berger, bastien lucas, chœurs
pierre flandin, christophe pereira, trompettes
philippe chadel, trombone
vincent bellier, trombone basse
 
retour album
gabrielyacoub.com