production 

sleep come free me
© 1979 james taylor

well i've been lying in this prison since i was eighteen
ten long years of my life taken
i've been living in the pages of a magazine
it breaks my heart to awaken

set me free sleep come me free

now the state of alabama says i killed a man
the jury reached the same conclusion
i remember i was there with a tire iron in my hand
the rest is all confusion

more like an animal and less like a man
what they leave you ain't worth keeping
brother let me tell you i got a clock with no hands
the only way out is through sleeping

you get to where you used to be whoever you claim
it's open to interpretation
just remember your number and abandon your name
and hold on to your imagination
 
sommeil viens me libérer

j'ai croupi dans cette prison depuis mes dix-huit ans
dix longues années de ma vie volées
j'ai vécu dans les pages d'un magazine
ca me brise le coeur de me réveiller

libère-moi sommeil viens me libérer

l'état d'alabama a décrété que j'avais tué un homme
le jury est parvenu à la même constatation
je me souviens que je me tenais là avec un fer à pneus dans les mains
le reste n'est que confusion

traité comme un animal plus que comme un homme
ce qu'ils te laissent ne vaut pas la peine d'être gardé
frère laisse-moi te dire que j'ai là une horloge sans aiguilles
la seule issue c'est le sommeil

tu te retrouves l√† d'o√Ļ tu viens qui que tu pr√©tendes √™tre
toute interprétation est possible
souviens-toi seulement de ton matricule et abandonne ton nom
et accroche-toi à ton imagination
 
ce blues de james taylor m'a toujours fait penser à ce merveilleux roman de jack london, le vagabond des étoiles, 1915
 
retour album
gabrielyacoub.com