production 

solide
© 1993 gabriel yacoub

je vis dans la mémoire d'un conte d'autrefois
un orage qui vient mais qui ne s'en va pas
aucun point de repère, un songe continu
et des mots qui réveillent un rite disparu

je suis solide bien souvent
dur comme un mortier de sang
mais le mois des nuées m'a chaviré
et m'a fait trembler sur mes pieds

tra√ģn√© par la l√©gende qui pousse au fond de moi
et par le souvenir de la première fois
j'ai laissé ma fatigue sur les rues pavées
et sur l'herbe d'oubli qui chante sous mes pieds

marcher pour la raison et réchauffer l'ennui
de la douce lumière de tous mes esprits
descendre les cavernes les deux mains en avant
rechercher en silence mes rêves d'enfant

c'est un pélerinage et jusqu'au bout des temps
le passé, le futur se fondent doucement
et quand le chant des morts résonnera pour moi
là je m'endormirai jusqu'à une autre fois
 
le "mortier de sang" évoque une ancienne pratique rituelle qui consiste à ajouter quelques gouttes de sang de boeuf au mélange dans le but de le rendre indestructible
[accordage DGDGCD]
 
retour album
gabrielyacoub.com